HADOPI : Suite du feuilleton...

Authueil nous en donne un scénario, et contrairement à ce qu'on peut lire ici ou , le projet de loi n'est peut être pas encore adopté en l'état...
En effet, la conférence des Présidents, réunie exceptionnellement le 15 avril, propose des modifications (voir ici) à l'ordre du jour initial des débats de l'Assemblée pour la période du 28 avril au 14 mai... (voir ici l'ordre du jour initial)

La commission se réunirait pour revoir sa copie le 27, la nouvelle version sera donc disponible pour les députés probablement le 28 MAIS le 28, l'Assemblée doit valider les modifications d'ordre du jour proposées.
Or ces modifications sont souvent adoptées sans discussion, donc avec un petit nombre de députés votants, donc la même manoeuvre peut encore se jouer :
- le 28/4 en n'acceptant pas la modification d'ordre du jour
- le 29/4 car les députés pourront se plaindre à juste titre de n'avoir pas eu le temps matériel d'examiner le nouveau texte (même si il n'y a pas de changement par rapport à la version précédente, il convient de vérifier) ni de rédiger leurs amendements éventuels
- le 4 et le 5 mai, durant les séances d'examen de ce projet de loi.

Par ailleurs, et c'est en fait assez amusant, le Parlement Européen discute au même moment (début mai) autour de la Communication électronique (cf projet d'ordre du jour de la session du 5 mai, 9h - 11h50). Or dans ce parlement, M. Bono semble avoir déposé un amendement (ce serait le 138, repris par Mme Trautman sous le numéro 46 mais je n'ai pas trouvé le texte exact) destiné à prohiber la riposte graduée:
"aucune restriction ne peut être imposée à l'encontre des droits fondamentaux et des libertés des utilisateurs finaux, sans décision préalable des autorités judiciaires, notamment conformément à l'article 11 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne sur la liberté d'expression et d'information, sauf si la sécurité publique est menacée".
(sources : Numerama Amendement138 Guy Bono)
Nos parlementaires nationaux vont ils prendre le risque d'engluer durablement le système judiciaire français en allant contre cet amendement ?

-------
Crédit illustration : GroZ Bulles

3 commentaires:

Pierre S. a dit…

L'amendement Bono avait été adopté par le Parlement européen en septembre 2008.

Mais la France (qui avait la présidence de l'Union) avait fait pression, sur la Commission européenne d'abord puis sur le Conseil européen, pour faire tomber cet amendement.

L'amendement 138 fut réintroduit par la rapporteuse du texte Catherine Trautmann sous le numéros 46 début mars et le texte a été adopté par le Parlement européen le 26 mars dernier par 481 contre 25 – ça nous change des hémicycles désertés du Palais Bourbon...

Mais la France fait à nouveau pression sur le Conseil européen pour abandonner cet amendement ...

Les détails sur l'histoire de cet amendement sont ici :
Quand le Parlement européen protège nos libertés fondamentaleset la suite :

S.O.S. ... Démocratie parlementaire en déroute !

François a dit…

@Pierre S.
Merci de ces précisions qui indiquent le long cheminement de ces textes. Espérons que l'amendement 46 sera applicable...

souklaye.sylvain a dit…

1- D’un côté, nous avons une industrie culturelle déclinante n’assumant pas le proxénétisme économique et la pandémie infantilisante qu’elle exerce sous le regard de son débiteur. Celui-ci est à la fois une fondation philanthrope de gestion nationale et une entreprise d’import/export.
2- De l’autre côté, nous avons une infinité de niches de population n’ayant rien à voir les unes avec les autres, mais faisant front par principe de précaution. Nous prouvant par la même occasion à quel niveau de léthargie se trouvent nos sociétés occidentales pour qu’un luxe devienne une lutte nécessaire.
3- Au centre, se trouve le gros du troupeau qui n’a pas d’avis et fait preuve d’intelligence situationniste ou d’indifférence banale sur ce combat qui est à la fois d’avant-garde et d’arrière-cour.
4- Dans toutes les batailles, il y a des pertes acceptables. Mais comme nous ne prenons plus plaisir à nous salir les mains avec une de ces barbaries ancestrales, les invectives servent de nos jours de courroux médiatique ou de Hit Combo virtuel pour le bonheur des voyeurs générationnels et des lâches éternels.
5- Quand on pratique l’affrontement constant ou la paix commémorative pour occuper son temps, c’est que l’on est plus en mouvement. Alors la guerre civile des flux a-t-elle un sens ?
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/03/13/creation-internet-et-insultes-gratuites/


Si la guerre propre consiste à une extermination massive, mais sélective, je ne sais pas si je dois avoir plus peur de la course à l’armement des États ou celle de l’équipement des foyers en informatique familial.
Au fond, il n’y a pas de différence entre les deux, si ce n’est la démocratisation à outrance au nom du progrès et des actionnaires, petits ou gros.

Le mythe de la technologie de service laisse peu à peu place à l’assistanat compensateur.
Le tout fonctionnel transforme le temps d’activité en consommation passive.

Quand les objets deviennent des outils, on peut observer les premiers signes de dépendance émotionnelle.
Pas besoin d’une grande imagination banale ou d’une de ces paranoïas simulées pour constater que notre écosystème subit une profonde mutation
La suite :
http://souklaye.wordpress.com/2009/02/24/effets-secondaires-de-la-fracture-numerique/

meilleur site Nethique.info
Annuaire du Hub PageRank Actuel Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.