Petites propositions pour survivre à la crise...

Je n'ai pas de prétention universaliste ni même nationaliste, contrairement à ceux qu'on peut voir à l'ORTF. Néanmoins, conforme à mon entête, je vais essayer de faire quelques propositions insignifiantes, inspirées par ce que je vie localement...

A propos des banques et des TPE/PME : Ma petite entreprise consomme les services de la même banque depuis 5 ans révolus, j'en ai déjà parlé auparavant. Ces services sont payants, donc d'une part la banque gagne de l'argent, d'autre part l'état en gagne à travers la TVA qui m'est facturée. Pourquoi ne pas autoriser, à un taux "raisonnable" du genre 2,5% au dessus du taux interbancaire, ce qui ferait de l'ordre de 4% annuel, un découvert de 1 mois de chiffre d'affaire ?
- Coût pour l'entreprise : 4 % de 1/12 du CA soit 0,3 % du CA annuel
- rendement pour la banque : de l'ordre de 1,7 % des découverts (refinancement oblige)
- rendement pour l'état : de l'ordre de 0,8 % des découverts, par le biais de la TVA
- dépenses évitées liées aux non-licenciements
Notons que actuelement le taux appliqué est proche du taux d'usure, de l'ordre de 14%...

Charges sociales : Une mesure fonctionne relativement bien malgré sa complexité de mise en oeuvre : la réduction "Fillon" sur les cotisations dues au titre des bas salaire. Les autres mesures d'aide à l'emploi ne fonctionnent pas au mieux pour des TPE : il faut faire l'avance puis se faire rembourser, et une créance sur un organisme d'état n'est pas corectement reçue par une banque... Donc, au lieu de remboursement de charges liées à l'aide à l'emploi dans les CHR, de remboursement de charges pour les contrats passés avec l'ANPE, et autre, moi je propose que le calcul de la réduction "Fillon" devienne :
- pour le calcul du coefficient : coefficient = (0,29 / 0,8) x [1,8 x (montant mensuel du SMIC** / rémunération brute mensuelle hors HS, HC et (MG**Nb repas pris)) - 1]
- pour le plafond : 29% de la rémunération brut
La formule est barbare, mais on s'y est habitué...

Aide au consommateur : Sans parler de "relance de la consommation", je constate que les allègement d'impôts sur le revenu vont, en dehors des villes, permettre à leurs bénéficiaires de... mettre de l'argent sur leur livret d'épargne. En effet, les conditions mêmes d'attributions font que ceux qui vont en bénéficier n'en n'ont pas besoin dans leur quotidien. Et si ça ne va pas sur le livret d'épargne, ça va servir à acheter un écran LCD grande taille, fabriqué... outre Union Européenne. Alors que je constate que de plus en plus de gens ont du mal à manger, que la fin de mois commence maintenant... le 10. Alors, m'inspirant de ce que font Nos Amis les Chinois, avec leurs distributions de bons-nourriture, bons-logement et bons-transport, ainsi que du fonctionnement des Tickets restaurants et autres en France, je propose deux choses :
1 - Que les mairies puissent distribuer aux résidents-déclarés (c'est à dire y compris aux SDF pour peu qu'ils admettent un "point d'ancrage" dans un foyer) des Tickets-nourriture, valables pour toute nourriture hors alcool et tabac, chez tous les distributeurs de repas chauds (CHR, traiteurs, fast-foods), pour un plat chaud pris sur place ou à emporter.
2 - Qu'on arrête de distribuer des tickets-resto à 4,37 € à Paris, c'est ridicule et contraire à l'esprit qui prévalait au moment de la création de ce système, je rappelle : permettre aux salariés ne disposant pas d'une cantine de manger un plat chaud au déjeuner, le tocket étant pris en charge pour moitié par l'employeur et pour moitié par l'employé. Actuellement il est difficile de manger pour moins de 8 euros...
Ces deux mesures auraient pour intérêt de venir en aide au plus démunis, et d'injecter de l'argent dans des professions par essence non délocalisables, elles-mêmes créatrices d'emplois.


Incitation à une moindre consommation énergétique : Je constate que pour faire cuire 500g ou 5 kg de pommes de terres, on dépense autant d'énergie. Je propose donc que tous les points de restauration collective, qui en fait consomment moins par part servie que la cuisine individuelle, soient subventionnés pour consommer encore moins... ce qui leur permettra de mieux maîtriser leurs coûts et donc de ne pas faire flamber les prix. Cette subvention pourrait se calculer à partir d'un ratio
- chiffre d'affaire restauration / facture des fournisseurs d'énergie, ou
- nombre de plats servis / facture des fournisseurs d'énergie
que l'on comparerait d'une année sur l'autre. Seuls ceux qui amélioreraient leur ratio recevraient de l'aide. Cette aide pourrait prendre la forme, soit d'un remboursement par l'état, sur le modèle du bouclier fiscal, soit et ce serait mieux, d'un dégrèvement sur la facture énergétique fait par l'opérateur lui même...

Qu'en pensez vous ?

1 commentaire:

Emmanuel Vrel-Lavezzi a dit…

Bonsoir,

Juste un message d'une victime de la réduction Fillon...

A savoir pour les incultes que cette réduction de Charges Sociales (qui pénalise donc nos systèmes de protection...) est directement liée à la "prime pour l'emploi"...
En d'autres termes, si l'entreprise embauche des personne en dessous du plafond (environ 1500€ nets/mois), elle bénéficie d'un allègement de charges directement décomptées de la fiche de paie du salarié.

En gros et pour faire simple, cette mesure est l'une des plus néfaste qui ait été prise depuis 50 ans car elle plafonne les salaires et à ma connaissance, n'a pas été créatrice d'emplois dans une période de croissance... et d'inflation!
Les entreprises font barrage à toute augmentation au dela de ce seuil pour ne pas perdre la réduction Fillon...

Le résultat?? 340€ de réduction de charges sociales (je rapelle que ça finance la sécu qui est toujours en déficit) pour l'employeur sur un salaire de 1400€ net... Merci pour la prime pour l'emploi qui verse entre 500 et 900€ par an aux victimes de ce plafonnement de salaire sachant que sans cette "réduction fillon", le gain pour le salarié serait bien au delà de la prime pour l'emploi...
Au final, si l'on compte les charges "offertes" et le crédit d'imôt remboursé par l'Etat au salarié, c'est une augmentation des déficit publics qui plafonne les salaires.
Aucun intéret à cette mesure puisqu'elle ne permet pas de "mieux" pour les salariés.
J'aurai applaudi si cette mesure avait été assortie d'une obligation des entreprise de redistribuer une partie des bénéfices aux salariés plafonnés!
Mais je préfère de très loin la modification du système de prélèvement.
Je souhaite tout de même rappeler que cette mesure Fillon était faite pour encourager l'emploi des personnes "sans diplômes" en garantissant un coût de salaire moins élevé aux employeur, favorisant la diminution du risque lié à l'emploi de personnes "sous-qualifiées"... Le résultat est affligeant, la plupart des personnes cloîtrée dans ces salaires ont non seulement gagnées en expérience (abolissant de ce fait l'absence de dîplomes), mais surtout, étaient bien souvent déja diplômées pour le poste occupé!! Alors cette mesure n'a pour seul but final de faire baisser le coût horaire en France... au niveau des pays de l'est bientôt!

Sur le subventionnement des entreprises... je rejoindrai ce que j'ai dis précédemment. Libéral je suis, et je ne conçois pas vraiment bien que l'Etat subventionne des privés. Si une entreprise doit investir ou mieux s'organiser pour devenir compétitive, c'est à elle de le faire et elle en retirera le bénéfice.
Pour autant, en ces temps de crise, je suis OK pour que l'Etat soit cautionaire des entreprises qui veulent préparer leur avenir et se dévellopper.
Le découvert bancaire que vous proposez me semble assez juste et il serait logique, vu le contexte, que votre formule soit possible soit par le biais d'un "découvert", soit par un système d'encours de trésorerie qui puisse être étalé selon un plan court/moyen termes n fonction de la situation de marché que vit l'entreprise.

meilleur site Nethique.info
Annuaire du Hub PageRank Actuel Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.