La fidélité est elle une qualité démocratique ?

Notre vie politique est dominée par les partis. Un candidat qui fait sa "carrière" politique dans la même lignée de partis (par ex : UDR RPR UMP ou UDSR CIR PS ) est il de meilleur qualité démocratique qu'un candidat qui bascule de part et d'autre, comme par exemple OCI-PS ou PC-RPR-UDF-NC ?
Moi j'ai tendance à privilégier la simplicité de lecture, je préfère les gens qui suivent une ligne pas trop zig-zagante... un indicateur potentiel ?

3 commentaires:

Yannou a dit…

Ça se défend. Le zigzag de Maurice Leroy est effectivement déconcertant.

Mais un parcours de type PC-PS-MoDem serait également intéressant : évolution continue de l'extrême vers le centre, toujours dans le même sens et en douceur.

FVZ a dit…

@Yannou oui, certes. Il ne s'agit pas ici de juger du parcours d'une personne, même si j'ai choisi des exemples peut être... caricaturaux mais de définir si c'est un critère qui permet de dire, entre autres critères, si qqun est plus ou moins démocratique... Tous les personnages ont eu des parcours, disons, intéresants. Certains sont plus "lsibles" que d'autres dans l'isoloire...

alexis a dit…

Je ne pense pas que la fidélité soit une qualité démocratique. Parceque les gens sont justement libres de changer de façon de point de vue, plus ou moins radicalement, si ça leur chante. Après, si c'est morivé par des vélléités de pouvoir, c'est sur que c'est gênant...
Mais si on en croit les théories de l'économie open source (je suis en train de plonger dedans...), on se rend compte que les changements radicaux sont parfois bénéfiques...

meilleur site Nethique.info
Annuaire du Hub PageRank Actuel Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.